En passant :  Journal d'un quidam : Je suis né un jour bébé pour finir un jour cadavre. Entre les deux : rien.  Soulignac
Vous êtes ici :   Accueil » 255 - Nicolas Cirier
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...
Librairie fermée
librairie1.gif
LIBRAIRIE EN LIGNE
DE FORNAX
Suite à un grave
dysfonctionnement dans la gestion des commandes, la librairie est fermée jusqu'à nouvel ordre.
Catalogue général
Typo et alentours
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha reload
Recopier le code :
100 Abonnés
Calendrier
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.fornax.fr/data/fr-articles.xml

Nicolas Cirier
Lettre
supplique au sujet du cran

 

Nicolas Cirier, Lettre supplique au sujet du cran.
(Vers le diaporama Nicolas Cirier)

Pour qui lit un peu, ou pour qui est un tant soit peu curieux ou pour qui — enfin — s'intéresse peu ou prou à l'histoire de la typographie, Nicolas Cirier (1792-1869) n'est pas un inconnu. On trouve trace de ses curieuses activités littéraires et typographiques chez un certain nombre d'auteurs.

En 1880, Gustave Brunet (sous le nom de plume de Philomneste Junior) lui consacre une entrée de son ouvrage Les Fous littéraires, essai bibliographique sur la littérature excentrique, les illuminés, visionnaires, etc. paru à Bruxelles chez Gay et Doucé. Ce livre sera repris en 2006 aux éditions du Sandre.
En 1890, Firmin Boissin (sous le nom de plume de Simon Brugal) en parle dans ses Excentriques disparus. L'ouvrage sera réédité en 1995 par les éditions Plein Chant.
En 1938, Raymond Queneau évoque notre homme dans son roman Les Enfants du limon, paru chez Gallimard.
En 1947, Michel Lombard lui consacre un article, Cirier et l'Œil typographique, dans le n° 8 d'août (nouvelle série) de La France graphique.
En 1950, Raymond Queneau (encore lui) lui voue l'essentiel du chapitre « Délire typographique » de son Bâtons, chiffres et lettres, paru chez Gallimard. Il reviendra un peu dessus et ajoutera quelques renseignements nouveaux en 1965 pour la reprise de l'ouvrage dans la collection de poche Idées.
En 1956, une note anonyme (de la main de Queneau ?) rappelle encore l'existence de Cirier dans le célébrissime n° IV « Les héréroclites et les fous littéraires » de la revue Bizarre.
En 1981, Louis Barnier reprendra en luxueuse carte de vœux pour son Imprimerie Union L'Œil typographique de Cirier sous le titre de Hommage à Nicolas Cirier typographe (1792-1869) et y ajoutera un commentaire.
En 1982, André Blavier lui consacrera une entrée de son monument Les Fous littéraires, paru chez Henri Veyrier. Une seconde édition de ce manuel, revue, corrigée et considérablement augmentée paraîtra en 2001 aux Éditions des Cendres.
En 1987, Didier Barrière consacrera une biographie à notre auteur, Un correcteur fou à l'Imprimerie royale : Nicolas Cirier, publié aux Éditions des Cendres. Il deviendra, dès lors, le spécialiste incontesté de Cirier.
En 1993, Didier Barrière (le même) lui consacrera un article dans le n° 140 de Le Livre et l'estampe.
En 1998, Antoine Coron lui consacrera une notice dans Des livres rares depuis l'invention de l'imprimerie publié aux éditions de la BnF.
En 2000, à l'occasion d'une exposition Cirier à la bibliothèque Carnegie de Reims, sera publié un catalogue Nicolas Cirier, typographe pamphlétaire, où l'on retrouve les signatures de Raymond Queneau (la reprise de son texte de Bâtons, chiffres et lettres), Antoine Coron, Simon Brugal, J.-P. F. Rhemus et des textes de notre auteur.
En 2000, pour l'exposition rémoise, les éditions Plein Chant sortent une réimpression à l'identique de L'Apprentif administrateur.
En 2004, les Éditions des Cendres sortent cinq réimpressions à l'identiques d'ouvrages de Cirier : L'Œil typographique, La Brisséide, Le plus étonnant des catalogues, Justice ! et Démonstration A+B... = AB, apparemment ? — pas du tout ! A + B = A † B. (1)

Après cette longue énumération, on est en droit de se poser la question : Que vient faire Fornax après tout ce beau monde ? Oh, simplement et modestement ajouter sa petite pierre à l'édifice Cirier déjà bien solide. Cette lettre et sa réponse trouvées dans les Annales de la typographie d'Alkan aîné nous introduisent dans le quotidien de la composition typographique. Cirier est vu, grâce à ses autres ouvrages, comme un excentrique (ce qu'il était sans nul doute) et la lettre publiée ici semble conforter cette opinion. Mais à y regarder de plus près, les critiques que formule Cirier au sujet des caractères de la fonderie que Marcellin Legrand dirigeait, étaient fondées. C'est ce que nous apprenons à la lecture des notes de l'éditeur qui sèment l'ouvrage.

La présentation de ce petit livre est un peu un « à la manière de », un hommage à notre homme et à ses pratiques livresques. Le texte des lettres se trouve dans le livre, ainsi que les notes d'époque, quatre en tout : une (N. du D.) due à la plume d'Alkan (note du directeur), une (N. du R.) (note du rédacteur [de la revue]) due à celle d'un anonyme (peut-être Alkan lui-même) et deux notes de Cirier : (C.). Le caractère utilisé est du Didot, naturellement (Cirier travailla chez Didot, Marcellin Legrand dirigeait la fonderie Didot). Les notes contemporaines, celles de l'éditeur, sont composées dans un caractère lui aussi contemporain, le Linux Biolinum et imprimées sous forme de papillons collés sur les pages de l'ouvrage en regard de l'appel de note correspondant... à la manière de Cirier.

Christian Laucou
2012

(1) Une précision au sujet de ce titre de Cirier, dernier de la liste des ouvrages cités. Un petit détail a semblé échapper à tous ceux qui ont dû l'écrire à la suite de l'auteur, qui fait que leur graphie est fautive, ainsi sans doute que l'interprétation que l'on pourrait faire du titre.

La fin de ce titre semble ne devoir pas être écrite :

A + B = A + B

ce qui est un truisme indigne d'un esprit aussi fin que celui de Cirier, mais :

A + B = A † B
« A plus B égale A [croix, obèle] B »

Le signe de l'addition et le symbole du monde chrétien (également signe de notation de la mort), ce n'est pas la même chose... surtout quand on parle du père éditorial des patrologies grecque et latine.


Date de création : 18/07/2012 @ 15:30
Dernière modification : 16/08/2012 @ 13:21
Catégorie : Les livres de la semaine - Fornax
Page lue 7821 fois


Le livre de la semaine

Maurice Fourré
Une Conquête

Article sur l'ouvrage.

28 pages, format 16 x 25 cm.
composé et imprimé en
typographie au plomb
Tirage à 450 exemplaires.
16 €

(cliquer sur l'image
pour en savoir plus)

Les livres de la semaine
Les petits derniers...

Raymond Callemin
Lettre
à Arthur Mallet

frnx-259.jpg

8 pages, format 9,7 x 20 cm.
50 exemplaires.
45 €

 __________

CLS
Quasimodo
le simplet

Quasimodo

36 pages, format 14 x 14 cm.
100 exemplaires.
10 €

 __________

CLS
Un point
c'est tout

Un point c'est tout

36 pages, format 14,8 x 7 cm.
100 exemplaires.
5 €

(cliquer sur les images
pour en savoir plus)

Gratuit


Quelques pages de ce site à visiter pour se divertir ou se « cultiver » :

Cartes de vœux

Poésie alimentaire

Couples singuliers

Les Hirondelles
de Bannes

Laucou à la radio


... pour ceux qui auraient la flemme de chercher.

Visites

 1634446 visiteurs

 46 visiteurs en ligne

Fornax éditeur – 18, route de Coizard, 51230 Bannes ––  37 bis, rue de Montreuil 75011 Paris – France