En passant :   De devoir maigrir, ça m'aigrit.   Soulignac
Vous êtes ici :   Accueil » Blog Fornax (& archives)
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...
Librairie fermée
librairie1.gif
LIBRAIRIE EN LIGNE
DE FORNAX
Suite à un grave
dysfonctionnement dans la gestion des commandes, la librairie est fermée jusqu'à nouvel ordre.
Le livre de la semaine

Maurice Fourré
Une Conquête

Article sur l'ouvrage.

28 pages, format 16 x 25 cm.
composé et imprimé en
typographie au plomb
Tirage à 450 exemplaires.
16 €

(cliquer sur l'image
pour en savoir plus)

Catalogue général
Les livres de la semaine
Typo et alentours
Les petits derniers...

Raymond Callemin
Lettre
à Arthur Mallet

frnx-259.jpg

8 pages, format 9,7 x 20 cm.
50 exemplaires.
45 €

 __________

CLS
Quasimodo
le simplet

Quasimodo

36 pages, format 14 x 14 cm.
100 exemplaires.
10 €

 __________

CLS
Un point
c'est tout

Un point c'est tout

36 pages, format 14,8 x 7 cm.
100 exemplaires.
5 €

(cliquer sur les images
pour en savoir plus)

Gratuit


Quelques pages de ce site à visiter pour se divertir ou se « cultiver » :

Cartes de vœux

Poésie alimentaire

Couples singuliers

Les Hirondelles
de Bannes

Laucou à la radio


... pour ceux qui auraient la flemme de chercher.

Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha reload
Recopier le code :
100 Abonnés
Visites

 1881901 visiteurs

 7 visiteurs en ligne

Calendrier
Blog Fornax (& archives)
Tous les billets
Nouvel article  -  par cls

Un nouvel article dans : Activités/Rencontres sur Dominique Autié. Première partie.

cls

Publié le 31/10/2008 @ 04:19  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Prévisualiser...   Imprimer...   Haut
Jacques Haumont  -  par cls

Jacques Haumont



L'ami Yves Letort me fait suivre un message qui contient ceci :
Message de Philippe Haumont : « Ce blog consacré à mon père, l'éditeur Jacques Haumont n'est encore qu'une ébauche et sera complété et enrichi des nombreux documents, archives et discussions en ma possession. Votre avis et vos éventuelles remarques et contributions me seront très utiles pour répondre au mieux à la curiosité des amateurs de typographie, de beaux livres et de belles lettres. Merci d'avance, bien à vous ».
On trouvera l'adresse de ce blog dans nos Liens dans l'autre.

Que Yves soit remercié d'avoir pensé à m'informer d'une telle nouvelle ; que M. Philippe Haumont soit remercié d'avoir entrepris la rédaction d'un tel blog.
Cela me permet d'inaugurer une nouvelle rubrique ici : Mes maîtres. Quelques typographes-éditeurs furent à l'origine de mon désir de me lancer à mon tour dans cette aventure risquée, pécuniairement peu attractive, mais ô combien passionnante et riche de plaisirs. Jacques Haumont fut du nombre.

Tout de suite, à l'orée de son Discours sur l'art typographique, il pose ses bases : « La notion de beauté typographique est aujourd'hui singulièrement imprécise. On la confond trop souvent avec la richesse, parfois l'exentricité qui lui est, par nature, opposée. »
Il fut, quand j'observai ses livres, que je quittais ma posture de lecteur pour une minutieuse auscultation technique, mon professeur de sagesse. Je ne l'ai pas toujours écouté mais j'ai tenté de retenir ses leçons. Sans lui mon « instinct » farfelu n'aurait pas été bridé et j'aurais atteint plus souventes fois le mauvais goût. Il me fit découvrir la beauté des empagements à grandes marges qui donnent une ample respiration au texte. De vraies grandes marges, calculées en fonction du format, de la justification, du corps, pas ces ersatz aléatoires et idiots que sont les grands papiers.

A titre d'illustration, quatre titres de Jacques Haumont tirés de ma bibliothèque, quatre exemples parmi les plus de 300 qu'il a réalisés :

Discours sur l'art typographique

Jacques Haumont, Discours sur l'art typographique, Des presses de l'auteur, 1952, 500 ex. sur vélin de Rives.

Réflexions sur la typographie

Giambatista Bodoni, Réflexions sur la typographie, Des presses de Jacques Haumont, 1951, 325 ex., 25 sur vélin du Marais, 300 sur vélin blanc.

Le Silence de la mer

Vercors, Le Silence de la mer, De l'imprimerie de Jacques Haumont, 1945 990 ex. sur vélin pur chiffon Johannot.

XVI sonnets luxurieux

Me Pierre Arétin, XVI sonnets luxurieux, Au cercle du livre précieux, 1958 1500 ex. sur vélin pur fil Johannot.

Allez, les curieux, on en saura plus en se rendant sur le blog Jacques Haumont !
cls.

Publié le 27/10/2008 @ 19:42  - 2 commentaires - 2 commentaires - Voir? Ajouter le vôtre ?   Prévisualiser...   Imprimer...   Haut
Bdc [3]  -  par cls

Tupuducu



Y'en a des qui trouvent que c'est bien d'avoir des amis dans la police, moi, tout typographe que je suis, je préfère avoir des amis dans l'é(ru)dition. Ça me permet de grossir à l'œil ma bibliothèque en pratiquant les échanges ; ça me permet aussi de lire les découvertes des potes.
Là, c'est l'Éric Dussert qui a encore distillé dans son Alambic en le chauffant au bois d'Arbre vengeur. Le distillat répand des fragrances un peu douteuses, ce qui explique le titre de ce billet ; mais il y a beaucoup à dire au-delà des fragrances...



Roman :

Piotruś Piotruś

L'objet du délit, nanti de son marque-page. « C'est collector ! » comme disent les djeûnes.

Le thème, pour s'en débarrasser (je cite les mots de la 4e de couv, ils sont bien balancés, pourquoi paraphraser ?) :
Il s'est planté sur le marché de Tel-Aviv, un panneau autour du cou :

À VENDRE - PIOTRUŚ - VÊTEMENTS COMPRIS

 

Mme Zinn n'a pas hésité longtemps : malgré son triste état, l'homme fera parfaitement l'affaire. Il aura la tâche de s'enfermer dans les toilettes tout le jour pour empêcher ses locataires d'y entrer et les pouser ainsi vers la sortie.

Les chiottes, encore les chiottes... Y'en a qui sont vraiment restés au stade anal...
Oui, sans doute. Et tout le monde ou presque pense que tout ce qui entre : images, sons, nourritures, etc. est beau et bon et bien ; et que tout ce qui sort : pipi, caca, sueur, foutre, etc. est moche, mauvais et sale. Pourtant tout est bien à nous, c'est notre principale production, faut bien faire avec, même si ça dérange.
Humble ou grand, l'homme chie. Et il pue quand il chie. Et il pue quand il pète. Alexandre le Grand ? Il puait. De Gaulle ? Il puait. Jean XXIII ? Il puait. Napoléon ? Il puait. Hitler ? Il puait. Même au figuré. Gandhi ? Il puait. Mère Thérésa ? Elle puait. Salvador Dali ? Il puait. Et il étudiait ça avec délectation. Sarkozi ? Il pue. Lipski ? Il puait.
Et moi aussi je pue. Et je me dis que c'est un pis aller. Que c'est une bénédiction. Que c'est une trace de la vie. Parce qu'après la mort, on pue encore mais c'est pas du tout la même odeur...

Éric Dussert m'a donné hier soir son Piotruś de Léo Lipski. Il m'a dit que c'était un chef-d'oeuvre. Je le crois. Pourquoi ne le croirais-je pas ? Je vais donc lire Piotruś. Je n'ai pas les moyens de passer à côté d'un chef-d'oeuvre. La vie est trop courte. On est parfaitement en droit de faire comme moi. Euh, j'ai le ventre qui gargouille... faut que j'y aille. Et je prends le bouquin avec moi, bien entendu.

cls

Publié le 25/10/2008 @ 16:16  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Prévisualiser...   Imprimer...   Haut
Bob et Bobette  -  par cls

Bien avant l'octopode tentaculaire : Bob et Bobette



Oui, bien avant un certain poulpe, en 1918, à la fin d'une guerre merveilleusement massacrante, un duo de gamins plein de vie, remuant et gai, décida avec impatience de grandir sous nos yeux... en bondissant, infidèle, d'auteur en auteur. Et il ne fallu pas moins de quatre écrivains pour que leur histoire s'achève. Quatre écrivains ? Non ! Une écrivine et trois écrivains pour être plus précis. Quatre amis pour deux personnages. Quatre livres, quatre couvertures illustrées.

Allez, au premier des quatre :

Bob et Bobette enfants perdus

Jeanne Landre, Bob et Bobette, enfants perdus, couverture de Joë M. A. Fournier, Albin Michel éditeur, février 1919.

Au deuxième :

Bob et Bobette s'amusent

Francis Carco, Bob et Bobette s'amusent, couverture de Chas Laborde, Albin Michel éditeur, 1919 [texte daté : juin 1918].

Au troisième :

Bob bataillonnaire

Pierre Mac-Orlan, Bob bataillonnaire, couverture de Gus Bofa, Albin Michel éditeur, 1919 [texte daté : Paris, 21 juillet 1919].

Au quatrième, enfin :

Bob et Bobette en ménage

André Salmon, Bob et Bobette en ménage, couverture de Ciolkowski, Albin Michel éditeur, mai 1920 [texte daté : Paris, octobre 1918-mars 1919].

Salmon inaugure son roman par une préface pas inutile du tout :
Quatre écrivains amis, unis encore par certaines formes de leur curiosité, acceptèrent la gageure d'écrire, chacun de son côté, un instant de la vie du couple : Bob et Bobette.
Lorsque nous nous mîmes au travail, Francis Carco, Pierre Mac Orlan et moi revenions de la guerre : or, Pierre Mac Orlan, pas encore rendu aux brumes dorées du Hâvre-de-Rêve où il a un jour « déclaré se retirer », devait encore servir et n'en avait pas fini de suivre la guerre. Comment s'étonner qu'il y ait mené à sa suite, jusqu'au bout ! – son Bob, notre Bob ?
Pendant ce temps, trop éloigné de mon cher Pierre Mac Orlan, vous pensez bien que je choyais mon Bob, le sien, notre Bob !
Dans les horreurs de l'Arrière, sous les gothas, je mariai Bob ; je lui fis la belle situation due en seconde ligne aux canailles inquiètes de moralités bien tournées ; bref, réformant avant la paix, j'en fis un « héros de son temps ».
C'est le désaccord dont s'étonnera, d'abord, la critique. Pourtant, Mac Orlan ou moi, devons-nous rien renier ? Tel n'est pas notre désir ; tel n'est pas le sentiment de notre éditeur ami, M. Albin Michel.
Séparés par la guerre, et dans la guerre, nous avons, mon cher Pierre, peint notre Bob ainsi que ce personnage pouvait, devait s'accomplir totalement, dans les conditions proposées à notre témoignage d'écrivains de bonne foi.
Je ne sais si tu penses là-dessus tout-à-fait comme ton vieux camarade, mon cher Pierre ; mais est-ce que « la guerre » de Bob ne nous aide pas, un peu, à prolonger nos « livres de guerre » ?
Qu'ai-je écrit ! – il faut bien que ce soit à toi !... Si le « Joyeux »  affirmait devenu il est vrai, par mon artifice, homme du monde... de quel monde !) en 1917, tout ce qui demeurait interdit, au Chass'bi, en 1915 !
Notre Bob, cet homme du monde ou ce troupier par toi posé en grand'garde sur le Rhin, dirait tout cru que « c'est son affaire ! »
Puissent nos lectrices, nos belles lectrices, nos lecteurs et notre ami M. Albin Michel penser tout de même là-dessus.
Ton
André S.
Octobre 1919.

Et voilà B&B, Madame, Mademoiselle, Monsieur, Everybody de partout !
cls.

Publié le 21/10/2008 @ 18:12  - 1 commentaire - 1 commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Prévisualiser...   Imprimer...   Haut
Repenti  -  par cls

Billet d'un bibliomane repenti.

Il y a des billets qu'on écrit comme des messages dans des bouteilles : on ne sait pas pour qui, on ne pense à personne en particulier. Ce n'est pas le cas de celui-ci.

Allez, foin des intro (-ductions, -spections), au fait, au fait :
Il fut un temps, mon bon monsieur, ma bonne madame, où une bonne moitié du courrier que je recevais était constituée de catalogues de libraires d'ancien.
Matin. Ouverture de la boîte. Courrier. Lettre A5 ou lettre A4, un peu épaisse, envoi en nombre, ouvrons vite... catalogue ! Enveloppe sagouinement déchirée, doigts fébriles, surdosage d'adrénaline, palpitant en surchauffe, 120 au compteur, roule Marcel...
« Zut ! Léon, c'est moi qui ai fait sa saisie et sa compo, je me suis déjà servi, au passage... ».
« Tiens, Pabian, un Gourmont coincé entre 25 Anatole France, lecture distraite mais jusqu'au bout, on ne sait jamais... Il peut y avoir du bon... ».
« Ah ! Pierre ! N'en fait pas souvent, çui-là ! Les Marsiens débarquent, allons-donc ! Rien que du bon, des prix bonbon mais on peut toujours rêver et on ne se prive pas. ».
« La Malle du Martroi, sacré foutoir tapé à la machine, papier dégueulasse, ronéo qui pue, lecture pénible mais ne rien laisser passer. Le plus souvent rien mais parfois le chopin... comme chez Giard, Fables d'Esope imprimées par Baskerville, mini gravures en taille-douce, pour cent balles ! ».
« Sylvain ! S'arrangeait toujours au début à caser un Fourneau quelque part. Par amitié, par jeu. ».
« Jean-Yves. Liste de présentation modeste, comme Léon. Et toujours de bonnes choses, comme Léon. L'était au bout du monde. Depuis que j'ai déménagé, c'est un voisin, mais manque de pot (pour lui) j'ai plus un rond. ».
« Tiens ! du vert... c'est Nicole ! ».

Catalogue

Et toujours, toujours le même rite. Tout de suite aux "R" pour Rachilde, aux "J" pour Jarry, aux "G" pour Gourmont... après, la lecture séquentielle du "A" au "Z", pour les autres... Crayon à la main pour noter les numéros sur la couv., juste à côté du téléphone, pas perdre de temps. Pas libre, merde, pas libre ! Heureusement, y'a le bis. Essai, essai, essai, jusqu'à ce que ça décroche.
« Oui, c'est Machin... oui, merci, vous (tu) avez (as) reconnu ma voix... Je voudrais savoir si vous (tu) avez (as) encore les numéros... [liste] ! ».
Raccroche. Joie ou déception. Ça dépend.... Diminution du taux d'adrénaline. Diminution du rythme cardiaque, allez, Marcel, on se calme... Notre présent est déjà du passé, retour à la vie ordinaire. Maussade. Puis, attente morne devant la boîte aux lettres, qu'arrive l'ouvrage commandé à la force du poignet... ou un nouveau catalogue.

Allez, Yves, bibise sur la trutruffe !
cls.

Publié le 16/10/2008 @ 00:38  - 1 commentaire - 1 commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Prévisualiser...   Imprimer...   Haut
Rubriques

Déplier Fermer Tératologie livresque

Déplier Fermer Typo rurale

Déplier Fermer Typo des rues

Déplier Fermer Typo des bois

Déplier Fermer Proverbes

Déplier Fermer Pratique éditoriale

Déplier Fermer Pratique typographique

Déplier Fermer Post-concours

Déplier Fermer Nouvelles internes

Déplier Fermer Nouvelles externes

Déplier Fermer Mes maîtres

Déplier Fermer Lieux de convivialité

Déplier Fermer La photo du jour...

Déplier Fermer Contes et nouvelles

Déplier Fermer Concours

Déplier Fermer Bibliophilie

Déplier Fermer Art

Déplier Fermer Amis

Déplier Fermer Alphabet

Derniers billets
23/03/2018 @ 18:24
Voltaire ...
23/02/2018 @ 12:31
Casses [2] ...
22/12/2017 @ 14:45
Casses [1] ...
06/12/2017 @ 09:20
Comme ça ...
Derniers commentaires
Archives
04-2018 Mai 2018 06-2018
L M M J V S D
  01 02 03 04 05 06
07 08 09 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      
Billets des amis


Fornax éditeur – 18, route de Coizard, 51230 Bannes ––  37 bis, rue de Montreuil 75011 Paris – France