En passant :  Un enfant qui n'est pas né ne pleure pas encore.  A. E. Van Vogt (Les Joueurs du Ā)
Les petits derniers...

George Auriol
Tuyau
sur l'ultime création
de M. Pullmann

frnx-284-mini.jpg

20 pages,
format 11,2 x 13 cm.
tirage à 100 exemplaires en typographie.
21 €

 __________

CLS
A pas feutrés

frnx-281-mini.jpg

Un volumen,
79 cm de long, 17,5 cm de haut.
tirage à 10 exemplaires en linogravure.
250 €

 __________

Marie-Rose de France
Dits

frnx-283-mini.jpg

26 petits textes en proses poétique. Vignettes de CLS.
tirage à 120 exemplaires en typographie au plomb.
60 €

 __________

Pierre Pinelli
Molitor

frnx-280-mini.jpg

24 pages,
format 15 x 20 cm.
tirage à 100 exemplaires en typographie au plomb.
60 €

Derniers billets

Bibliotératologie

Chez les éditeurs [5]

Impressions

Le Nardigraphe

—♦—

L’atelier de CLS
(vidéos)

CLS-bois

Le livre commenté

Marie-Rose de France
Dits

frnx-283-mini.jpg

36 p., format 10 x 14 cm.
composé et imprimé en
typographie au plomb
Tirage à 120 exemplaires.
60 €

(cliquer sur l'image
pour en savoir plus)

Catalogue général
Les livres commentés
Typo et alentours
Gratuit


Quelques pages de ce site à visiter pour se divertir ou se « cultiver » :

Cartes de vœux

Poésie alimentaire

Couples singuliers

Les Hirondelles
de Bannes

Laucou à la radio


... pour ceux qui auraient la flemme de chercher.

Visites

 9443285 visiteurs

 82 visiteurs en ligne

Calendrier
Blog Fornax (& archives)
Tous les billets
202... 4  -  par cls

Nouveauté et vœux

2023 ne s'est pas terminée sans une petite nouveauté, mais comme elle s'est imprimée en décembre, c'est en cette année 2024 commençante qu'on l'annonce à grands renforts de trompettes. George Auriol (oui, George sans « s », comme chez les Anglais), vous connaissez ? Oui, bien sûr ! Un homme à multiples facettes, à la fois humoriste et ami d'Alphonse Allais (un autre humoriste), créateur de marques pour les éditeurs et de monogrammes, inventeur de caractères typographiques, professeur à l'école Estienne. Enfin un gars bien, quoi... Le hasard, la chance et un peu de menue monnaie ont fait que le signataire de ces lignes a pu acquérir, voici un certain temps déjà, un manuscrit du monsieur. Un conte rigolo dans la veine de son ami Allais. Pas inédit, hélas, il était paru dans un journal intitulé Le Journal. Mais il était suffisamment rigolo (quoique...) pour qu'on en fasse une première édition sous la forme d'une petite brochure. En voici la couverture, imprimée sur une carte brune d'une rigidité à toute épreuve.

Auriol-Pullmann.jpg

Une histoire de trains et de wagons, chose évidente puisqu'elle fait appel à George Pullmann (les ceuss qui ne savent pas qui que c'est peuvent chercher sur oui qui pédia, on ne va tout de même pas vous mâcher tout le boulot). En prime une petite linogravure de votre serviteur, faut ce qu'il faut. Tous renseignements complémentaires sur la fiche du catalogue général qui est consacrée à ce chef d'œuvre.

Bon. Ça, c'était pour 2023. Bien sûr, pour 2024 qui commence, on a la traditionnelle carte de vœux. La quarante-quatrième qu'on fait. En typo plomb, comme celle de l'année dernière, pour les chanceux qui la recevront sous forme papier et numérisée en PDF pour les autres qui pourront la découvrir ici. Pas trop gaie, cette carte de vœux, tout comme le monde qui nous entoure, hélas.

Voeux2024.jpg
PDF

Voilà, c'est tout pour l'instant. On ne vous souhaite rien de grand, de beau, de bon. Ce serait hypocrite.

La carte, bien sûr, est disponible en téléchargement sur ce site, comme toutes les autres...

Publié le 03/01/2024 @ 18:31  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Prévisualiser...   Imprimer...   Haut
Petite presse  -  par cls

Imprimer une presse !

PetitePresseTailleDouce0.jpg

Non, le rédacteur de ces lignes n'a pas été distrait; non, il n'a pas perdu la tête... Il ne s'est pas trompé en voulant écrire : « Une presse à imprimer » ; il a réellement et consciemment écrit « Imprimer une presse ». Cette presse à imprimer imprimée est là, sous vos yeux d'internautes ébahis (ou pas).

Oui, le signataire de ces lignes s'est procuré une imprimante 3D pendant l'été et le premier objet qu'il a imprimé avec son imprimante est cette presse minuscule (la petite cuiller est présente sur la photo pour donner une idée de sa taille). Le matériau utilisé pour l'imprimer est du PLA (acide polylactique), une matière plastique quasi écologique (!) fabriquée à partir d'amidon de maïs et biodégradable à une température de 60 °C en milieu industriel.

Non, elle n'a pas été facile à imprimer car le rédacteur de ces lignes est un total débutant en impression 3D (s'il ne l'est pas dans les techniques d'impression traditionnelles).

Oui, cette petite presse imprime vraiment, ce n'est pas un jouet (quoique... vu sa taille...) La preuve est apportée par les photos dessous où on la voit parader dans l'atelier de Bannes avec ses grandes sœurs après avoir réalisé son premier tirage : une pointe sèche imprimée sur vélin d'Arches à 4 exemplaires.

PetitePresseTailleDouce1.jpg

PetitePresseTailleDouce2.jpg

PetitePresseTailleDouce3.jpg

Post-scriptum : Cette petite presse a été conçue par deux jeunes artistes et taille-douciers allemands : Martin Schneider et Dominik Schmitz qui ont mis les fichiers de conception de la petite presse en accès libre (license créative common) et ont monté un site Internet (le site Open Press Project) autour de sa mise à disposition gratuite et des œuvres créées partout dans le monde avec son concours. Qu'ils soient remerciés pour leur bonne action artistique.

Notons au passage que, depuis Gutenberg, bon nombre des bonnes idées liées au livre et à l'imprimerie nous viennent d'Allemagne.

Publié le 13/09/2023 @ 13:19  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Prévisualiser...   Imprimer...   Haut
La Veuve et moi  -  par cls

Coïncidences

Le Hasard a tissé un faisceau de coïncidences malignes entre le Fourneau-Fornax et la Veuve. Dois-je en rire ? Dois-je m’en effrayer ?

La Veuve ? Comprendre dans ce mot : les bois de justice, la guillotine qui, le jour de ses épousailles avec un homme, le met à mort à l’instar de la mante religieuse. C’est l’un des artefacts les plus effrayants que l’humain ait inventé pour raccourcir la taille et la vie de ses semblables. Un objet qui génère en moi un authentique sentiment de fascination-répulsion.

Bien que sans rapport avec cet instrument de justice, le choix du nom d’Éditions du Fourneau (voir ici) a occasionné un premier rapprochement avec lui, par le biais d’une manifestation d’humour noir née de l’édition du Dixain de Henri-Désiré Landru, l’homme qui a mis quelques femmes au fourneau de manière très concrète (voir ici). Quelques recherches effectuées en 1980 pendant la fabrication du livre – simple curiosité – m’ont permis d’apprendre ou de me rappeler que le successeur du célèbre Anatole Deibler, exécuteur des hautes œuvres, s’appelait Jules-Henri Desfourneaux (!). Lui succèda André Obrecht, puis Marcel Chevalier, dernier bourreau à avoir officié en France et même en Europe. Il est mis au chômage en 1981 par l’abolition de la peine de mort obtenue par Robert Badinter. Mais qu’on se rassure à son sujet, il avait un autre métier qui pouvait le nourrir sans qu’il fasse mourir : il était imprimeur typographe (reçu meilleur ouvrier de France dans sa jeunesse). La réalisation du Dixain de Landru lui fut naturellement dédiée en confraternel hommage. C’était bien le moins que je pouvais faire, tout comme, au grand dam des bibliophiles purs et durs, de priver cette édition d’exemplaires de tête, dont le maintien aurait été de mauvais goût. Il était orné de bois « de justice » gravés en deux couleurs.

Landru-guillotine.jpg

Le livre, comme on peut le constater, prend la forme d’un couperet de guillotine. Porteur d’une couverture à rabats il fut l’objet d’une double couture. La première ne liant que les pages intérieures afin d’en rogner, pour qu’elle soit franche, la tranche de gouttière ; la seconde – qui incluait la couverture – pour en rogner la tranche de tête puis, en biais à l’aide d’une cale, celle de pied. Au passage, il convient de noter que la machine qui est utilisée pour rogner les tranches des livres ou pour couper du papier s’appelle en France un massicot (nom dérivé de Guillaume Massiquot, l’un des premiers mécaniciens à avoir construit de telles machines) mais que dans nombre de pays, cette machine est nommée guillotine par analogie de fonctionnement mécanique.

Plus tard, entre 1993 et 1995, avec Philippe Oriol comme directeur de collection, est née la collection Noire, consacrée aux écrivains et intellectuels anarchistes de la fin du XIXe siècle et du début du XXe. Elle connut sept volumes (un huitième, prévu, n’a jamais vu le jour). Par un glissement qui m’a paru tout naturel, je me suis intéressé alors aux universités populaires, fréquentées par des typographes souvent anarchistes, dont la première fut fondée dans le Faubourg Saint-Antoine, à deux pas de l’endroit où naquirent, plus d’un siècle avant, les premières révoltes, les premiers soubresauts d’un mouvement du peuple qui allait devenir, en grossissant, la Révolution française. Révolution qui célébra la guillotine en tant qu’outil égalitaire : la même mort pour tous. Parallèlement à mes lectures autour des universités populaires, j’en entreprenais d’autres consacrées aux anarchistes naturistes et à leur déviance sanglante et radicale : « les Bandits tragiques » avant qu’on ne les baptise « la bande à Bonnot ». Je me rendis aux archives de la Police où je lus la totalité des quatre cartons de documents consacrés à cette affaire qui remplit les colonnes des journaux entre 1910 et 1913. Peu de temps après, à partir d’août 1914, l’essentiel des morts violentes ne s’obtint plus à l’aide de la guillotine.

Typographes-1.jpg

Raymond Callemin, Lettre à Arthur Mallet, Fornax, 2016

L’un des membres majeurs de la bande à Bonnot s’appelait Raymond Callemin, surnommé « Raymond la Science » en raison de sa fringale de lecture. Il était typographe à l’Anarchie, le journal fondé par André Lorulot. En 2016, il fut l’auteur du premier volume chez Fornax de la collection « les typographes » dont le principe était de publier des auteurs qui avaient gagné leur vie comme typographes mais qui s’étaient fait connaître de l’Histoire pour de toutes autres raisons. Condamné à mort à l’issue du procès de la bande à Bonnot, Callemin fut guillotiné au matin du 21 avril 1913, devant la prison de la Santé. Il avait 23 ans. Il est le second auteur de Fourneau-Fornax a avoir été guillotiné, bien que le premier en date. À titre de renseignement, les trois autres auteurs de la collection « les typographes » n’étaient pas des criminels : Benjamin Franklin, Restif de la Bretonne, Mark Twain.

En 2003, les cours du 37 bis, rue de Montreuil à Paris, où se trouve mon atelier, sont rachetées par un marchand de biens. L’ensemble des locataires artisans et artistes, dont les ateliers sont dans ces cours, s’inquiètent de leur sort et commencent une révolte contre leur nouveau propriétaire. La Nuit Blanche du 4 au 5 octobre 2003 permit aux ateliers des cours de faire parler d’eux et de leur cause.

Pour mon compte, je me suis souvenu que la Révolution française avait connu ses prémices dans ce lieu. J’ai rapidement peint une guillotine sur un grand panneau de contreplaqué et découpé un rond pour que passe une tête dans la lunette. Le soir du 4 octobre, et toute la nuit, déguisé en photographe 1900 – haut de forme et queue de pie –, je criais aux visiteurs et aux voisins : « Faites vous photographier en propriétaire ! » Guillotiner symboliquement ce nouveau propriétaire me paraissait être un bon moyen pour extérioriser ma colère et manifester mon refus de quitter le lieu. Soixante-trois personnes, voisins, visiteurs, enfants, ont accepté de jouer le rôle du propriétaire et d’être guillotiné en photographie par mes soins.

NuitBlanche2003.jpg

Diaporama

En retrouvant récemment ces photographies, j’ai eu envie d’en faire un petit diaporama, histoire d’en finir une bonne fois pour toutes avec la guillotine. Mais maintenant que c’est fait, me vient une pensée. Ce n’est finalement pas Marcel Chevalier le dernier bourreau français… c’est moi. Et, brrrrr, ça me fait froid dans le dos.

CLS
juin 2023

Publié le 15/06/2023 @ 13:01  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Prévisualiser...   Imprimer...   Haut
Exhortation  -  par cls

Bon conseil

Bordel.jpg

Photographié dans une librairie alternative voici quelques années.

Publié le 09/06/2023 @ 11:36  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Prévisualiser...   Imprimer...   Haut
Belles phrases [20]  -  par cls

... et Police

BellePhrase-20.jpg

D'accord pour l'eau, d'accord pour le feu, mais pour la police, seules les plus moches vous tuent... et encore, moralement, quand on a le sens de l'esthétique.

Publié le 20/05/2023 @ 19:01  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Prévisualiser...   Imprimer...   Haut
Rubriques

Déplier Fermer Tératologie livresque

Déplier Fermer Typo rurale

Déplier Fermer Typo des rues

Déplier Fermer Typo des bois

Déplier Fermer Proverbes

Déplier Fermer Pratique éditoriale

Déplier Fermer Pratique typographique

Déplier Fermer Post-concours

Déplier Fermer Nouvelles internes

Déplier Fermer Nouvelles externes

Déplier Fermer Mes maîtres

Déplier Fermer Lieux de convivialité

Déplier Fermer La photo du jour...

Déplier Fermer Impression

Déplier Fermer Fourneau-Fornax

Déplier Fermer Contes et nouvelles

Déplier Fermer Concours

Déplier Fermer Bibliophilie

Déplier Fermer Art

Déplier Fermer Amis

Déplier Fermer Alphabet

Derniers billets
03/01/2024 @ 18:31
202... 4 ...
13/09/2023 @ 13:19
Petite presse ...
15/06/2023 @ 13:01
La Veuve et moi ...
09/06/2023 @ 11:36
Exhortation ...
20/05/2023 @ 19:01
Belles phrases [20] ...
Derniers commentaires
Archives
03-2024 Avril 2024 05-2024
L M M J V S D
01 02 03 04 05 06 07
08 09 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          


Fornax éditeur – 18, route de Coizard, 51230 Bannes ––  37 bis, rue de Montreuil 75011 Paris – France