En passant :   Je me demande si les blondes ont autant de plaisir que les brunes.   Morticia Addams
Vous êtes ici :  Accueil
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Catalogue général
Typo et alentours
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha reload
Recopier le code :
100 Abonnés
Calendrier
Bienvenue sur Fornax

Fornax éditeur

est un éditeur artisan établi en Champagne (dans le petit village de Bannes)
et surtout et avant tout en Île de France (dans le petit village de Paris).

 
L'atelier de Bannes  L'atelier de Bannes

L'atelier de Bannes.

L'atelier de Paris  L'atelier de Paris

L'atelier de Paris.

 

 Fornax n'édite que de la littérature – illustrée ou non d'estampes – suivant les goûts et humeurs de Christian Laucou qui préside à ses destinées. Ceux-ci le portent (sans exclusive) vers la littérature contemporaine et celle qu'il appelle « de l'entre deux guerres » (comprendre entre 1870 et 1914).

 Christian Laucou, typographe traditionnel au plomb et imprimeur, conçoit tous les livres de Fornax et en imprime la quasi totalité. Il est aussi imprimeur à façon en typographie et pédagogue. On trouvera toutes les informations au sujet de ces deux activités sur son site professionnel : cls-typo.

 Plumitif discret, il lui arrive aussi de commettre de la littérature ; il prend alors le nom de Christian Soulignac afin de séparer l'activité littéraire de l'activité éditoriale. Il tient plus ou moins régulièrement un blog orienté typographie, principalement la « typo des rues ». On en trouve les derniers billets ci-dessous.

Les 2 derniers billets
Jeux littéraires  -  par cls

Littérature, quand tu nous tiens...

piepaon.jpg

Il se pseudonommait Dague-au-nez, et on ne sait pas (ou pas encore, on cherche) comment il se nommait. Il vivait à la fin du 19e siècle et au début du 20e. Il aimait bien s'amuser avec les mots. Il était compositeur typo et probablement joyeux luron...

On vous offre deux de ses textes dont le premier serait appelé exercice oulipien de nos jours. Puissent-ils vous faire sourire.

CONTE ALPHABÉTIQUE
PIE PORTANT PLUMES PAOESQUES

Le Geai paré des plumes du Paon.
La Fontaine.

Pilladora, prétentieuse petite pie potinant perpétuellement, pérambulant par-devant pelleterie publique, perçut peau paonesque, parfaitement polie, pelucheuse, pomponnée, pendue par-dehors pour pouvoir provoquer plus particulièrement pécunieux passants. — Prendrai-je plumage postiche ? proféra-t-elle ; prendrai-je point ?... Parions passer pour pimpant petit paon!... Pourquoi pas, parbleu ?... Public, prodigieusement puéril, préconise prosaïques pasquinades... Public prise pochades poivrées par-dessus pièces pudiques ; pamphlets poissards par-dessus productions polies ; pornographiques palabres par-dessus parénèses. Pourriture par-dessus primeurs ; perdrix positivement puantes par-dessus perdrix prochainement péries ; Porcheries par-dessus palais ; polissonneries par-dessus prières ; péronnelles par-dessus pieuses petites pensionnaires ; prostitution par-dessus pudeur ; Piron par-dessus Pascal ; personnes pestilentiellement pommadées par-dessus personnes proprement, prosaïquement peignées ; Papelards pédants par-dessus profonds penseurs ; politicailleurs par-dessus prudents politiques ; Pétillantes pétarades par-dessus polémiques placides : picrate potassique par-dessus paisible poudre ; Pantins piteux par-dessus philosophes ; pîtres par-dessus prélats ; Ponce Pilate par-dessus Pierre, premier pape ; Paris par-dessus Province ; Polonais pochards, Policares, Pétersbourgeois par-dessus patriotiques provinciaux ; Philanthropomaniaques par-dessus philanthrope; patriotardisme par-dessus patriotisme ; Prestidigitateurs par-dessus physiciens ; Paracelse par-dessus Pasteur ; potaches par-dessus professeurs ; poètastres par-dessus poètes ; parodies par-dessus poèmes ; photographes par-dessus peintres ; pignocheurs par-dessus polyphages ; Procès par-dessus paix ; poussière par-dessus pluie ; pavés par-dessus poussière ; poulailler par-dessus parterre : Pernod par-dessus Prunelle... Pitoyable public !... pouah !... Puis patati, puis patata... Pilladora, philosophant pareillement, prit plumage paonesque, ppara pointure pour parer pittoresquement précieuse petite personne, puis partit parader pompeusement par-ci par-là. Population portant plumes pullulait, pantelante pour percevoir prodigieuse petite promeneuse ; personne pouvait prétendre pratiquer paon pareillement petit, paletot paonacé plus précieusement pointuré, plus pimpant plumage... Pintades, paillenqueues. piverts, pierrots, paons, pétrels, poules, pailleurs, pinsons, perroquets, passereaux, perdrix, pluviers, paradisiers, pigeons, pics, palmipèdes paludicoles piaillaient, piaulaient, péroraient, papotaient, parlottaient. palabraient, parlementaient... Plusieurs proposaient porter promeneuse par-dessus Panthéon... Parfois peuple puéril porte pareillement pupazzi, pitres, polichinelles, paillasses plaisants, par-devers Panthéon… pour, prochainement, précipiter par-dedans pourrissoirs pauvres pantins persiflés, plaisant plus... Pilladora pirouettant prétentieusement parmi pennifères populations, parure paonesque pivota, pencha, perdit position première, puis patatras!... pelage picaresque parut... Prompt pronunciamento populaire produisit périphériquement puissantes piailleries : — Palsambleu ?... pernicieuse Pie plaisantait populations ?... perverse pécore ! Péronelle ! précoce pendarde ?... pie pouilleuse portait plumage paonesque !... proh pudor !!… perpétuelle pillarde !... profane pygmée !... Punissez-là poursuivez-là piétinez-là plumez-là perforez-là Pille ! pille ! pille !... Pauvre pie poursuivie, proscrite, partit précipitamment, pleurnichant, piteuse, pantoise, percluse, pitoyablement plumée... Personne plaignit pédante petite polissonne. Plagiaires pillards, prétendus publicistes pâturant patrimoines prohibés, prenez point pie Pilladora pour parangon ! prenez plutôt petite parabole pour profit, pirates !... Pharisiens, publicains, portant par-devant prétentieuse poitrine,pompeusement pendues, précieuses pendeloques, palmes, plaques phosphorescentes, poudroyantes, pertinemment pillées, possédées par pécune. par protections, par politicaillerie ; prenez parabole pour profit, palinodiques pantins, pourceaugnacs provoquant publique pituite!… Paillards puritains, pourceaux prud'hommesques prêchant pures pratiques, poursuivant partout pauvres petites poriones pour pouvoir passer perpétuels prurits passionnels; prenez parabole pour profit, pieux purulents, pleurétiques pornographes !... Puissants portefaix pécunieux, — plébéins penards, piètres pailleux. — produisant panoplies, panaches, pennons, portés, prétendez-vous, par parent préhistoriques, preux baladins partis pour Palestine : prenez parabole pour profit, pieds plats!... Pittoresques pipelets, plaisants paveurs, perruquiers, porteurs-d'eau, pétras patapoufs, prenant prétentieusement plusieurs particules : prenez parabole pour profit, porchers puants !... Pansophes postiches pontifiant pédantesquement, perpétrant perpétuellement prodigieux pataqu’est-ce ; prenez parabole pour profit, poseurs !... Paltoquets prééminents, paillasses prédominants, polichinelles ppondérants, pieuvres pompantes, phalange partageant pitoyablement puissance publique, plum pudding populaire : prenez parabole pour profit, pouacres pignoufs !…

Par permission pour produire partout Provence,
Dague-au-nez

 

 

LES IMPARFAITS DU SUBJONCTIF

Oui, dès l'instant que je vous vis,
Beauté féroce, vous me plûtes.
De l'amour qu'en vos yeux je pris,
Sur-le-champ vous vous aperçûtes ;
Mais de quel air froid vous reçûtes
Tous les soins que je vous rendis !
Combien de soupirs je rendis
De quelle cruauté vous fûtes,
Et quel profond dédain vous eûtes
Pour les vœux que je vous offris !

En vain je priai, je gémis ;
Dans votre dureté, vous sûtes
Mépriser tout ce que je fis...
Même, un jour, je vous écrivis
Un billet tendre que vous lûtes ;
Et je ne sais comme vous pûtes,
De sang-froid, voir ce que j'y mis.
Ah! fallait-il que je vous visse,
Fallait-il que vous me plussiez,
Qu’ingénument je vous le disse,
Qu'avec orgueil vous vous tussiez !
Fallait-il que je vous aimasse,
Que vous me désespérassiez.
Et qu'en vain je m’opiniâtrasse
Et que je vous idolâtrasse,
Pour que vous m'assassinassiez !

Dague-au-nez

Littérature, quand tu nous tiens...

piepaon.jpg

Il se pseudonommait Dague-au-nez, et on ne sait pas (ou pas encore, on cherche) comment il se nommait. Il vivait à la fin du 19e siècle et au début du 20e. Il aimait bien s'amuser avec les mots. Il était compositeur typo et probablement joyeux luron...

On vous offre deux de ses textes dont le premier serait appelé exercice oulipien de nos jours. Puissent-ils vous faire sourire.

CONTE ALPHABÉTIQUE
PIE PORTANT PLUMES PAOESQUES

Le Geai paré des plumes du Paon.
La Fontaine.

Pilladora, prétentieuse petite pie potinant perpétuellement, pérambulant par-devant pelleterie publique, perçut peau paonesque, parfaitement polie, pelucheuse, pomponnée, pendue par-dehors pour pouvoir provoquer plus particulièrement pécunieux passants. — Prendrai-je plumage postiche ? proféra-t-elle ; prendrai-je point ?... Parions passer pour pimpant petit paon!... Pourquoi pas, parbleu ?... Public, prodigieusement puéril, préconise prosaïques pasquinades... Public prise pochades poivrées par-dessus pièces pudiques ; pamphlets poissards par-dessus productions polies ; pornographiques palabres par-dessus parénèses. Pourriture par-dessus primeurs ; perdrix positivement puantes par-dessus perdrix prochainement péries ; Porcheries par-dessus palais ; polissonneries par-dessus prières ; péronnelles par-dessus pieuses petites pensionnaires ; prostitution par-dessus pudeur ; Piron par-dessus Pascal ; personnes pestilentiellement pommadées par-dessus personnes proprement, prosaïquement peignées ; Papelards pédants par-dessus profonds penseurs ; politicailleurs par-dessus prudents politiques ; Pétillantes pétarades par-dessus polémiques placides : picrate potassique par-dessus paisible poudre ; Pantins piteux par-dessus philosophes ; pîtres par-dessus prélats ; Ponce Pilate par-dessus Pierre, premier pape ; Paris par-dessus Province ; Polonais pochards, Policares, Pétersbourgeois par-dessus patriotiques provinciaux ; Philanthropomaniaques par-dessus philanthrope; patriotardisme par-dessus patriotisme ; Prestidigitateurs par-dessus physiciens ; Paracelse par-dessus Pasteur ; potaches par-dessus professeurs ; poètastres par-dessus poètes ; parodies par-dessus poèmes ; photographes par-dessus peintres ; pignocheurs par-dessus polyphages ; Procès par-dessus paix ; poussière par-dessus pluie ; pavés par-dessus poussière ; poulailler par-dessus parterre : Pernod par-dessus Prunelle... Pitoyable public !... pouah !... Puis patati, puis patata... Pilladora, philosophant pareillement, prit plumage paonesque, ppara pointure pour parer pittoresquement précieuse petite personne, puis partit parader pompeusement par-ci par-là. Population portant plumes pullulait, pantelante pour percevoir prodigieuse petite promeneuse ; personne pouvait prétendre pratiquer paon pareillement petit, paletot paonacé plus précieusement pointuré, plus pimpant plumage... Pintades, paillenqueues. piverts, pierrots, paons, pétrels, poules, pailleurs, pinsons, perroquets, passereaux, perdrix, pluviers, paradisiers, pigeons, pics, palmipèdes paludicoles piaillaient, piaulaient, péroraient, papotaient, parlottaient. palabraient, parlementaient... Plusieurs proposaient porter promeneuse par-dessus Panthéon... Parfois peuple puéril porte pareillement pupazzi, pitres, polichinelles, paillasses plaisants, par-devers Panthéon… pour, prochainement, précipiter par-dedans pourrissoirs pauvres pantins persiflés, plaisant plus... Pilladora pirouettant prétentieusement parmi pennifères populations, parure paonesque pivota, pencha, perdit position première, puis patatras!... pelage picaresque parut... Prompt pronunciamento populaire produisit périphériquement puissantes piailleries : — Palsambleu ?... pernicieuse Pie plaisantait populations ?... perverse pécore ! Péronelle ! précoce pendarde ?... pie pouilleuse portait plumage paonesque !... proh pudor !!… perpétuelle pillarde !... profane pygmée !... Punissez-là poursuivez-là piétinez-là plumez-là perforez-là Pille ! pille ! pille !... Pauvre pie poursuivie, proscrite, partit précipitamment, pleurnichant, piteuse, pantoise, percluse, pitoyablement plumée... Personne plaignit pédante petite polissonne. Plagiaires pillards, prétendus publicistes pâturant patrimoines prohibés, prenez point pie Pilladora pour parangon ! prenez plutôt petite parabole pour profit, pirates !... Pharisiens, publicains, portant par-devant prétentieuse poitrine,pompeusement pendues, précieuses pendeloques, palmes, plaques phosphorescentes, poudroyantes, pertinemment pillées, possédées par pécune. par protections, par politicaillerie ; prenez parabole pour profit, palinodiques pantins, pourceaugnacs provoquant publique pituite!… Paillards puritains, pourceaux prud'hommesques prêchant pures pratiques, poursuivant partout pauvres petites poriones pour pouvoir passer perpétuels prurits passionnels; prenez parabole pour profit, pieux purulents, pleurétiques pornographes !... Puissants portefaix pécunieux, — plébéins penards, piètres pailleux. — produisant panoplies, panaches, pennons, portés, prétendez-vous, par parent préhistoriques, preux baladins partis pour Palestine : prenez parabole pour profit, pieds plats!... Pittoresques pipelets, plaisants paveurs, perruquiers, porteurs-d'eau, pétras patapoufs, prenant prétentieusement plusieurs particules : prenez parabole pour profit, porchers puants !... Pansophes postiches pontifiant pédantesquement, perpétrant perpétuellement prodigieux pataqu’est-ce ; prenez parabole pour profit, poseurs !... Paltoquets prééminents, paillasses prédominants, polichinelles ppondérants, pieuvres pompantes, phalange partageant pitoyablement puissance publique, plum pudding populaire : prenez parabole pour profit, pouacres pignoufs !…

Par permission pour produire partout Provence,
Dague-au-nez

 

 

LES IMPARFAITS DU SUBJONCTIF

Oui, dès l'instant que je vous vis,
Beauté féroce, vous me plûtes.
De l'amour qu'en vos yeux je pris,
Sur-le-champ vous vous aperçûtes ;
Mais de quel air froid vous reçûtes
Tous les soins que je vous rendis !
Combien de soupirs je rendis
De quelle cruauté vous fûtes,
Et quel profond dédain vous eûtes
Pour les vœux que je vous offris !

En vain je priai, je gémis ;
Dans votre dureté, vous sûtes
Mépriser tout ce que je fis...
Même, un jour, je vous écrivis
Un billet tendre que vous lûtes ;
Et je ne sais comme vous pûtes,
De sang-froid, voir ce que j'y mis.
Ah! fallait-il que je vous visse,
Fallait-il que vous me plussiez,
Qu’ingénument je vous le disse,
Qu'avec orgueil vous vous tussiez !
Fallait-il que je vous aimasse,
Que vous me désespérassiez.
Et qu'en vain je m’opiniâtrasse
Et que je vous idolâtrasse,
Pour que vous m'assassinassiez !

Dague-au-nez

Fermer

Publié le 27/03/2020 @ 20:00  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Prévisualiser...   Imprimer...   Haut
Ne pas...  -  par cls

Choses à ne pas faire
Conseils valables en tous temps,
mais surtout cette année.

noeud-pap.jpg

Ne pas avoir la rage de vivre, surtout quand on n’aime pas la clarinette et qu’on sait que le vaccin de Pasteur est inefficace contre cette maladie-là.

Ne pas croire en l’existence d’un grand horloger. C’est stupide, personne n’a jamais entendu un carillon sonner, venu de nulle part.

Ne pas marcher sur la queue du chat, il serait trop content de vous mordre après avoir miaulé. Et comme il aura la gueule pleine de sang, ça va dégueulasser le pantalon.

Ne pas marcher sur une mine si on a tendance à avoir des fourmis dans les jambes.

Ne pas écrire au Président qu’on va se tirer de France. Le faire discrètement et sans prévenir, surtout si on a toute son oseille sur soi. Et faire gaffe aux gendarmes.

Ne pas avoir des triplés, et surtout ne pas les appeler Noël, Joël et Citroën. Ils seraient traumatisés à vie.

Ne pas croire que si l’on a un franc cinquante, on aura forcément cent sous. Ça ne marche pas comme ça, la finance.

Ne pas avoir d’oncle bricoleur, ça évite de s’en prendre plein la tronche.

Ne pas jouer de la trompinette bonbon. C’est plein de sucre, ça colle aux dents et ça donne des caries.

Ne pas mettre son zobe dans des coinstots bizarres. Il y a toujours un dégueulasse qui l’a fait avant vous et qui ne s’est peut-être pas lavé.

Ne pas mettre un Vert dans l’embarras lors d’un meeting en lui parlant du plancton. Vous allez vous faire gentiment reconduire hors de la salle.

Ne pas s’amuser à renverser des passants en voiture avec une étrangère, même si elle est belle. Après, il faut toujours nettoyer le sang sur la carrosserie et aller chez le garagiste.

Ne pas penser que si l’on a un bon râteau, on aura forcément un bon château. Les Nations racontent parfois des conneries.

Ne pas apprécier les nymphéas, de Monet ou d’un autre. Les nénuphars c’est malsain, vérifiez auprès d’Ophélie.

Ne pas avoir un écu blanc quand on est chevalier. C’est aussi idiot que d’avoir une carte d’identité où il n’y a rien d’écrit.

Ne pas mourir. Les suaires ne sont plus ce qu’ils étaient, même à Turin. Et Dior, lui, est déjà mort.

Ne pas perdre son temps à célébrer des centenaires stupides…

Choses à ne pas faire
Conseils valables en tous temps,
mais surtout cette année.

noeud-pap.jpg

Ne pas avoir la rage de vivre, surtout quand on n’aime pas la clarinette et qu’on sait que le vaccin de Pasteur est inefficace contre cette maladie-là.

Ne pas croire en l’existence d’un grand horloger. C’est stupide, personne n’a jamais entendu un carillon sonner, venu de nulle part.

Ne pas marcher sur la queue du chat, il serait trop content de vous mordre après avoir miaulé. Et comme il aura la gueule pleine de sang, ça va dégueulasser le pantalon.

Ne pas marcher sur une mine si on a tendance à avoir des fourmis dans les jambes.

Ne pas écrire au Président qu’on va se tirer de France. Le faire discrètement et sans prévenir, surtout si on a toute son oseille sur soi. Et faire gaffe aux gendarmes.

Ne pas avoir des triplés, et surtout ne pas les appeler Noël, Joël et Citroën. Ils seraient traumatisés à vie.

Ne pas croire que si l’on a un franc cinquante, on aura forcément cent sous. Ça ne marche pas comme ça, la finance.

Ne pas avoir d’oncle bricoleur, ça évite de s’en prendre plein la tronche.

Ne pas jouer de la trompinette bonbon. C’est plein de sucre, ça colle aux dents et ça donne des caries.

Ne pas mettre son zobe dans des coinstots bizarres. Il y a toujours un dégueulasse qui l’a fait avant vous et qui ne s’est peut-être pas lavé.

Ne pas mettre un Vert dans l’embarras lors d’un meeting en lui parlant du plancton. Vous allez vous faire gentiment reconduire hors de la salle.

Ne pas s’amuser à renverser des passants en voiture avec une étrangère, même si elle est belle. Après, il faut toujours nettoyer le sang sur la carrosserie et aller chez le garagiste.

Ne pas penser que si l’on a un bon râteau, on aura forcément un bon château. Les Nations racontent parfois des conneries.

Ne pas apprécier les nymphéas, de Monet ou d’un autre. Les nénuphars c’est malsain, vérifiez auprès d’Ophélie.

Ne pas avoir un écu blanc quand on est chevalier. C’est aussi idiot que d’avoir une carte d’identité où il n’y a rien d’écrit.

Ne pas mourir. Les suaires ne sont plus ce qu’ils étaient, même à Turin. Et Dior, lui, est déjà mort.

Ne pas perdre son temps à célébrer des centenaires stupides…

Fermer

Publié le 25/03/2020 @ 02:15  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Prévisualiser...   Imprimer...   Haut
Tout le blog

Blog


Le livre de la semaine

Maurice Fourré
Une Conquête

Article sur l'ouvrage.

28 pages, format 16 x 25 cm.
composé et imprimé en
typographie au plomb
Tirage à 450 exemplaires.
16 €

(cliquer sur l'image
pour en savoir plus)

Les livres de la semaine
Les petits derniers...

Raymond Callemin
Lettre
à Arthur Mallet

frnx-259.jpg

8 pages, format 9,7 x 20 cm.
50 exemplaires.
45 €

 __________

CLS
Quasimodo
le simplet

Quasimodo

36 pages, format 14 x 14 cm.
100 exemplaires.
10 €

 __________

CLS
Un point
c'est tout

Un point c'est tout

36 pages, format 14,8 x 7 cm.
100 exemplaires.
5 €

(cliquer sur les images
pour en savoir plus)

Gratuit


Quelques pages de ce site à visiter pour se divertir ou se « cultiver » :

Cartes de vœux

Poésie alimentaire

Couples singuliers

Les Hirondelles
de Bannes

Laucou à la radio


... pour ceux qui auraient la flemme de chercher.

Visites

 3595069 visiteurs

 91 visiteurs en ligne

Fornax éditeur – 18, route de Coizard, 51230 Bannes ––  37 bis, rue de Montreuil 75011 Paris – France