Sentence to think about :  An author never remembers his texts, otherwise he would not write them.  Soulignac
You are here :   Welcome » Fornax Blog (& archives) » Tales ans short stories
 
Preview  Print...  Print this page...
Preview  Print...  Print this section...
The last one...

Pierre Pinelli
Molitor

frnx-280-mini.jpg

24 pages,
format 15 x 20 cm.
tirage à 100 exemplaires en typographie au plomb.
60 €

 __________

Fornax
12 cartes postales K

frnx-279-mini.jpg

12 cartes postales au format 10,5 x 15,5 cm, sous couverture-boîte.
tirage à 50 exemplaires en typographie.
30 €

 __________

Alexandre de Tours
& Charles d'Écoman
Typotes XIXe siècle

frnx-275-mini.gif

156 pages,
format 15,2 x 22,8 cm.
Impression numérique.
15 €

 __________

Collectif
Typos XIXe siècle

frnx-276-mini.gif

352 pages,
format 15,2 x 22,8 cm.
Impression numérique.
24 €

(cliquer sur les images
pour en savoir plus)

Last posts

Casses

Interlude:
the ship case

—♦—

CLS's workshop
(videos)

CLS-bois

The gloss book

Baron Bulto
Carnet de Stresa

four-117.jpg

44 p., format 11 x 16 cm.
letterpress composed
and handmade printed.
250 copies.
15 €

(click on pict
for more)

General catalog
The gloss books
Typo and around
Free


Some pages of this site:

Greetings cards

Food poetry

Singular pairs

Swallows of Bannes

Laucou at the radio


... for those who are too lazy to seek.

Visits

 7243452 visitors

 93 visitors online

Calendar
Fornax Blog (& archives) - Tales ans short stories

Tales ans short stories

Tourism  -  by cls

Les grandes villes

Ouais mon gars, s'en passe de drôles dans les grandes villes.

Jamais, j'avais bougé d'ici. Jamais. Alors, comme ça, l'âge avançant, je me suis dit qu'il fallait que je bouge un peu. Pas que j'étais si curieux que ça de voir ce qui se passe ailleurs. Je suis bien ici, moi. Mais quand même, je vois bien avec les autres qui ont bougé. Ils ont des choses à raconter à leur retour et ça fait passer le temps. Pas qu'on croie ce qu'ils racontent, c'est souvent des mensonges ou au moins des exagérations, mais on rigole bien.

Alors je me suis dit que ça pourrait être mon tour. Mais où c'est-y que je pouvais bien aller ? Une grande ville pour voir l'effet que ça fait d'avoir beaucoup de monde autour de soi. Ici, en dehors du 14 juillet, pour le bal qui fait venir tous les zozos des villages d'environ, c'est plutôt clairsemé. Alors où ? Autant faire les choses bien, autant que ça en vaille la peine. Allez, c'est dit, ça sera Paris. D'autant que c'est pas trop loin encore et que le billet ne sera pas trop cher. Le train. Parce que le car c'est pas mal, on voit bien le paysage pendant le voyage mais ça pue toujours dans les cars, et ça me fait vomir.

Dès qu'on descend du train à Paris, on voit qu'on est ailleurs. On se fait bousculer par les gens qui savent où ils vont et on se fait engueuler par eux parce qu'ils ont perdu du temps à vous bousculer. Dehors, il y a des troupeaux qui vont dans tous les sens. Et des rues et des boutiques.

Comme c'était la première fois et que j'avais pas de guide parce que ça coûte trop cher, je ne savais pas où aller. Alors j'ai marché et j'ai regardé. Mais ça n'a pas duré trop longtemps parce qu'il s'est mis à pleuvoir. Il y avait l'escalier du trou du Métro, je suis descendu. Dans le tunnel sous la terre au moins j'étais à l'abri. Pas que la pluie me fasse peur. Pas que j'aie jamais été trempé. Même que j'aimerais plutôt ça. Mais dans une ville qu'on connait pas, on veut pas passer pour un imbécile, au cas où on reviendrait.

Le train du Métro se déplace de gare en gare sous terre et pour qu'on ne soit pas perdu, il y a le nom, en gros, sur les murs de là où on est. Je lis : Porte des lilas. Justement, c'est la saison. Si je descendais pour voir. Et puis peut-être que la pluie a cessé ?

C'est quand j'allais sortir de la gare que ça s'est passé. Il m'a sauté dessus par derrière et il m'a fait des trous partout avec une machine. « Le poinçonneur ! le poinçonneur ! » qu'ils criaient tous en se carapatant apeurés. Pas un qui me serait venu en aide. Pas un...

Ça m'a contrarié, je suis rentré tout de suite ici. Ah, c'est sûr, maintenant, j'ai des choses à raconter. Mais faut aussi que j'achète un costume neuf.

Petits trous

Published on 16/06/2009 @ 23:12   All the posts   Preview   Print...   Top


Comments

Nobody gave a comment yet.
Be the first to do so!

Categories

Unfold Close Undergrowth typography

Unfold Close Typographical practice

Unfold Close Typo des rues

Unfold Close The picture of the day...

Unfold Close Tales ans short stories

Unfold Close Streets typography

Unfold Close Rural typo

Unfold Close Proverbs

Unfold Close Post-competition

Unfold Close Places of conviviality

Unfold Close My masters

Unfold Close Internal news

Unfold Close Friends

Unfold Close External news

Unfold Close Editorial practice

Unfold Close Competition

Unfold Close Bookish teratology

Unfold Close Book-collecting

Unfold Close Bibliophilie

Unfold Close Art

Unfold Close Alphabet

last posts
24/11/2022 @ 17:59
Metropolitan ...
08/11/2022 @ 20:38
Height to paper ...
10/08/2022 @ 19:22
Mystery font ...
26/03/2022 @ 19:44
JEMA ...
08/02/2022 @ 09:49
Jacques Abeille (1942-2022) ...
Last comments
Archives
11-2022 December 2022 01-2023
S M T W T F S
        01 02 03
04 05 06 07 08 09 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31


Fornax éditeur – 18, route de Coizard, F51230 Bannes ––  37 bis, rue de Montreuil F75011 Paris – France