En passant :  Pourquoi « genre » est masculin même quand il est féminin ?  Soulignac
Vous êtes ici :   Accueil » Blog Fornax (& archives) » Tératologie livresque
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...
Librairie fermée
librairie1.gif
LIBRAIRIE EN LIGNE
DE FORNAX
Suite à un grave
dysfonctionnement dans la gestion des commandes, la librairie est fermée jusqu'à nouvel ordre.
Le livre de la semaine

Maurice Fourré
Une Conquête

Article sur l'ouvrage.

28 pages, format 16 x 25 cm.
composé et imprimé en
typographie au plomb
Tirage à 450 exemplaires.
16 €

(cliquer sur l'image
pour en savoir plus)

Catalogue général
Les livres de la semaine
Typo et alentours
Les petits derniers...

Raymond Callemin
Lettre
à Arthur Mallet

frnx-259.jpg

8 pages, format 9,7 x 20 cm.
50 exemplaires.
45 €

 __________

CLS
Quasimodo
le simplet

Quasimodo

36 pages, format 14 x 14 cm.
100 exemplaires.
10 €

 __________

CLS
Un point
c'est tout

Un point c'est tout

36 pages, format 14,8 x 7 cm.
100 exemplaires.
5 €

(cliquer sur les images
pour en savoir plus)

Gratuit


Quelques pages de ce site à visiter pour se divertir ou se « cultiver » :

Cartes de vœux

Poésie alimentaire

Couples singuliers

Les Hirondelles
de Bannes

Laucou à la radio


... pour ceux qui auraient la flemme de chercher.

Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha reload
Recopier le code :
100 Abonnés
Visites

 1680306 visiteurs

 4 visiteurs en ligne

Calendrier
Blog Fornax (& archives) - Tératologie livresque

Tératologie livresque

Chez les éditeurs [1]  -  par cls

Bibliotératologie, 2

Après une première visite chez les brocheurs, une visite inaugurale maintenant chez les éditeurs pour décrire un ouvrage dont l'originalité certaine sur plusieurs points techniques en fait un morceau de choix de l'étude bibliotératologique. Un ouvrage de 1re catégorie, subdivision édition1.
C'est à Ernest Lépine (1826-1893), sous le pseudonyme de Quatrelles, que nous devons cette étude. Il publia en effet chez Dentu en 1890 un recueil de nouvelles à double entrée, sorte d'ouvrage Janus dans sa conception et dans sa forme — un côté raison, un côté folie — fort pertinemment titré (tant pour le fond que pour la forme) Double Face. On comprend aisément en examinant ci-dessous sa couverture à plat comment il fut conçu. Il ne possède pas à proprement parler de devant et de derrière, ce qu'en jargon technique on nomme première et quatrième de couverture (deuxième et troisième étant à l'intérieur, de l'autre côté de la feuille), mais deux devants ou deux premières de couverture. Les deux parties opposées du livre auxquelles on accède alternativement par une simple rotation du poignet se terminent au centre de l'ouvrage par une table des matières2.

Tératologie, 2


A cette structure à double entrée justifiée par la dualité du texte lui-même s'ajoute une symbolique des couleurs. Bleu, calme et céleste, pour la Raison :
 

Tératologie, 2
  

Brun (un rouge assombri de noir) pour la Folie :
 

Tératologie, 2
 

Conséquence de cette structure tête-bêche, une double numérotation des pages (en haut) ainsi que l'établissement de deux numérotations parallères de signatures de cahiers (petit 2 dans le bas) qui pourraient être l'objet d'erreurs de brochage pouvant provoquer la naissances de monstres si les deux couleurs d'impression n'étaient pas là pour l'éviter.
L'histoire de cet ouvrage n'est pas terminée. Mais il nous faut ménager nos forces et nos effets. Donc :
[à suivre]
cls.
_________

1. En attendant la publication d'une classification structurée, voir notre premier billet.
2. Le hasard, ce sagouin sans vergogne, a fait qu'une telle structure d'ouvrage a été étudiée
(alors que nous travaillions à notre propre étude) sur un blog ami, autour d'un ouvrage plus récent dont la thématique n'est peut-être pas aussi pertinente que celle de notre ouvrage, mais bien plus pénétrante.
Publié le 18/05/2009 @ 13:03   Tous les billets   Prévisualiser...   Imprimer...   Haut


Commentaires

Réaction n°1  -  par ArD

le 18/05/2009 @ 14:05

Intéressant. La numérotation des cahiers se fait-elle seulement sur la première page de chaque cahier ? Et cette numérotation des cahiers part-elle de zéro au départ de chaque chaque entrée ? Si oui,  cette numérotation des cahiers présenterait-elle un intérêt dans le cas d'une impression en noir et blanc ? (Elle devrait dans ce cas être continue, non ?)

Réaction n°2  -  par Le_Tenancier

le 18/05/2009 @ 14:09

Le Tenancier est heureux. Il a exposé un ouvrage nettement plus revigorant, bien que le sujet du Taulier de céans possède quelques <i>plus</i> forts intéressants. Mais après tout, il est normal qu'un homme de l'art ait plus de choses à dire et à montrer, non ?

Réaction n°3  -  par cls le 18/05/2009 @ 23:52

 Pour Le_Tenancier : j'avais noté dans ma note 2, relisez-la, le côté plus pénétrant de l'ouvrage que vous proposiez à l'étude. Mais avouez que ce qui n'est qu'une fantaisie de présentation dans votre ouvrage (ou une escroquerie : tentative de vendre le même ouvrage deux fois en le proposant d'un côté et de l'autre, le public de ce genre de publications, vous en savez quelque chose, étant furtif, fébrile et peu enclin à la discussion) est d'une pertinence rarement atteinte dans Double Face. Rien n'y est laissé au hasard, rien n'y est gratuit.
Pour ArD : La numérotation des cahiers s'appelle la signature. Elle permet au brocheur de s'y retrouver lorsqu'il a fini de plier les feuilles d'impression que lui a fourni l'imprimeur et d'assembler correctement les différents cahiers de l'ouvrage sans risquer (sauf faute d'inattention) de bouleverser l'ordre naturel du texte. Cela n'aurait pas de sens d'apposer la signature à un autre endroit que sur la première page de chaque cahier. C'est la seule visible lors de l'assemblage.
Dans l'ouvrage qui nous occupe, la double signature est une difficulté pour le brocheur. Du moins elle en aurait été une si les deux parties avaient été imprimées de la même couleur. Mais le bon observateur a déjà remarqué que l'imprimeur a aussi pensé à cela. Les deux signatures ne sont pas totalement identiques. Pour la partie Raison la signature est constituée d'une simple numérotation tandis que pour la partie Folie, la numérotation est suivie d'un point. On aurait pu ainsi différencier les deux cahiers 1 et 1. ; 2 et 2. ; etc. même s'ils avaient été imprimés en noir.

Rubriques

Déplier Fermer Tératologie livresque

Déplier Fermer Typo rurale

Déplier Fermer Typo des rues

Déplier Fermer Typo des bois

Déplier Fermer Proverbes

Déplier Fermer Pratique éditoriale

Déplier Fermer Pratique typographique

Déplier Fermer Post-concours

Déplier Fermer Nouvelles internes

Déplier Fermer Nouvelles externes

Déplier Fermer Mes maîtres

Déplier Fermer Lieux de convivialité

Déplier Fermer La photo du jour...

Déplier Fermer Contes et nouvelles

Déplier Fermer Concours

Déplier Fermer Bibliophilie

Déplier Fermer Art

Déplier Fermer Amis

Déplier Fermer Alphabet

Derniers billets
06/05/2017 @ 11:51
Un peu de tout ...
22/04/2017 @ 17:46
Cercueil ...
07/04/2017 @ 20:22
Rébus ...
03/04/2017 @ 10:40
Il était une fois... ...
Derniers commentaires
Archives
09-2017 Octobre 2017 11-2017
L M M J V S D
            01
02 03 04 05 06 07 08
09 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          
Billets des amis


Fornax éditeur – 18, route de Coizard, 51230 Bannes ––  37 bis, rue de Montreuil 75011 Paris – France