En passant :  L'amour et la haine sont passagers. Le mépris est éternel.  Soulignac
Vous êtes ici :   Accueil » Blog Fornax (& archives) » Contes et nouvelles
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...
Librairie fermée
librairie1.gif
LIBRAIRIE EN LIGNE
DE FORNAX
Suite à un grave
dysfonctionnement dans la gestion des commandes, la librairie est fermée jusqu'à nouvel ordre.
Le livre de la semaine

Maurice Fourré
Une Conquête

Article sur l'ouvrage.

28 pages, format 16 x 25 cm.
composé et imprimé en
typographie au plomb
Tirage à 450 exemplaires.
16 €

(cliquer sur l'image
pour en savoir plus)

Catalogue général
Les livres de la semaine
Typo et alentours
Les petits derniers...

Raymond Callemin
Lettre
à Arthur Mallet

frnx-259.jpg

8 pages, format 9,7 x 20 cm.
50 exemplaires.
45 €

 __________

CLS
Quasimodo
le simplet

Quasimodo

36 pages, format 14 x 14 cm.
100 exemplaires.
10 €

 __________

CLS
Un point
c'est tout

Un point c'est tout

36 pages, format 14,8 x 7 cm.
100 exemplaires.
5 €

(cliquer sur les images
pour en savoir plus)

Gratuit


Quelques pages de ce site à visiter pour se divertir ou se « cultiver » :

Cartes de vœux

Poésie alimentaire

Couples singuliers

Les Hirondelles
de Bannes

Laucou à la radio


... pour ceux qui auraient la flemme de chercher.

Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha reload
Recopier le code :
100 Abonnés
Visites

 1496198 visiteurs

 48 visiteurs en ligne

Calendrier
Blog Fornax (& archives) - Contes et nouvelles

Contes et nouvelles

Tourisme  -  par cls

Les grandes villes

Ouais mon gars, s'en passe de drôles dans les grandes villes.
Jamais, j'avais bougé d'ici. Jamais. Alors, comme ça, l'âge avançant, je me suis dit qu'il fallait que je bouge un peu. Pas que j'étais si curieux que ça de voir ce qui se passe ailleurs. Je suis bien ici, moi. Mais quand même, je vois bien avec les autres qui ont bougé. Ils ont des choses à raconter à leur retour et ça fait passer le temps. Pas qu'on croie ce qu'ils racontent, c'est souvent des mensonges ou au moins des exagérations, mais on rigole bien.
Alors je me suis dit que ça pourrait être mon tour. Mais où c'est-y que je pouvais bien aller ? Une grande ville pour voir l'effet que ça fait d'avoir beaucoup de monde autour de soi. Ici, en dehors du 14 juillet, pour le bal qui fait venir tous les zozos des villages d'environ, c'est plutôt clairsemé. Alors où ? Autant faire les choses bien, autant que ça en vaille la peine. Allez, c'est dit, ça sera Paris. D'autant que c'est pas trop loin encore et que le billet ne sera pas trop cher. Le train. Parce que le car c'est pas mal, on voit bien le paysage pendant le voyage mais ça pue toujours dans les cars, et ça me fait vomir.
Dès qu'on descend du train à Paris, on voit qu'on est ailleurs. On se fait bousculer par les gens qui savent où ils vont et on se fait engueuler par eux parce qu'ils ont perdu du temps à vous bousculer. Dehors, il y a des troupeaux qui vont dans tous les sens. Et des rues et des boutiques.
Comme c'était la première fois et que j'avais pas de guide parce que ça coûte trop cher, je ne savais pas où aller. Alors j'ai marché et j'ai regardé. Mais ça n'a pas duré trop longtemps parce qu'il s'est mis à pleuvoir. Il y avait l'escalier du trou du Métro, je suis descendu. Dans le tunnel sous la terre au moins j'étais à l'abri. Pas que la pluie me fasse peur. Pas que j'aie jamais été trempé. Même que j'aimerais plutôt ça. Mais dans une ville qu'on connait pas, on veut pas passer pour un imbécile, au cas où on reviendrait.
Le train du Métro se déplace de gare en gare sous terre et pour qu'on ne soit pas perdu, il y a le nom, en gros, sur les murs de là où on est. Je lis : Porte des lilas. Justement, c'est la saison. Si je descendais pour voir. Et puis peut-être que la pluie a cessé ?
C'est quand j'allais sortir de la gare que ça s'est passé. Il m'a sauté dessus par derrière et il m'a fait des trous partout avec une machine. « Le poinçonneur ! le poinçonneur ! » qu'ils criaient tous en se carapatant apeurés. Pas un qui me serait venu en aide. Pas un...
Ça m'a contrarié, je suis rentré tout de suite ici. Ah, c'est sûr, maintenant, j'ai des choses à raconter. Mais faut aussi que j'achète un costume neuf.

Petits trous

 

Publié le 16/06/2009 @ 23:12   Tous les billets   Prévisualiser...   Imprimer...   Haut


Commentaires

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Rubriques

Déplier Fermer Tératologie livresque

Déplier Fermer Typo rurale

Déplier Fermer Typo des rues

Déplier Fermer Typo des bois

Déplier Fermer Proverbes

Déplier Fermer Pratique éditoriale

Déplier Fermer Pratique typographique

Déplier Fermer Post-concours

Déplier Fermer Nouvelles internes

Déplier Fermer Nouvelles externes

Déplier Fermer Mes maîtres

Déplier Fermer Lieux de convivialité

Déplier Fermer La photo du jour...

Déplier Fermer Contes et nouvelles

Déplier Fermer Concours

Déplier Fermer Bibliophilie

Déplier Fermer Art

Déplier Fermer Amis

Déplier Fermer Alphabet

Derniers billets
06/05/2017 @ 11:51
Un peu de tout ...
22/04/2017 @ 17:46
Cercueil ...
07/04/2017 @ 20:22
Rébus ...
03/04/2017 @ 10:40
Il était une fois... ...
Derniers commentaires
Archives
06-2017 Juillet 2017 08-2017
L M M J V S D
          01 02
03 04 05 06 07 08 09
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31            
Billets des amis


Fornax éditeur – 18, route de Coizard, 51230 Bannes ––  37 bis, rue de Montreuil 75011 Paris – France