En passant :   Rupture : « Tu prends tes cliques, sinon je te claque ! »   Soulignac
Vous êtes ici :   Accueil » Blog Fornax (& archives) - Billets des amis
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Librairie fermée
librairie1.gif
LIBRAIRIE EN LIGNE
DE FORNAX
Suite à un grave
dysfonctionnement dans la gestion des commandes, la librairie est fermée jusqu'à nouvel ordre.
Le livre de la semaine

Maurice Fourré
Une Conquête

Article sur l'ouvrage.

28 pages, format 16 x 25 cm.
composé et imprimé en
typographie au plomb
Tirage à 450 exemplaires.
16 €

(cliquer sur l'image
pour en savoir plus)

Catalogue général
Les livres de la semaine
Typo et alentours
Les petits derniers...

Raymond Callemin
Lettre
à Arthur Mallet

frnx-259.jpg

8 pages, format 9,7 x 20 cm.
50 exemplaires.
45 €

 __________

CLS
Quasimodo
le simplet

Quasimodo

36 pages, format 14 x 14 cm.
100 exemplaires.
10 €

 __________

CLS
Un point
c'est tout

Un point c'est tout

36 pages, format 14,8 x 7 cm.
100 exemplaires.
5 €

(cliquer sur les images
pour en savoir plus)

Gratuit


Quelques pages de ce site à visiter pour se divertir ou se « cultiver » :

Cartes de vœux

Poésie alimentaire

Couples singuliers

Les Hirondelles
de Bannes

Laucou à la radio


... pour ceux qui auraient la flemme de chercher.

Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha reload
Recopier le code :
100 Abonnés
Visites

 1433653 visiteurs

 52 visiteurs en ligne

Calendrier
Blog Fornax (& archives) - Billets des amis

L'Alamblog


Nécessaire et gratuit, destiné aux curieux amateurs de littérature


Première du Noir Roman de Jean-Pierre Martinet : c'est ce soir !"

N'oubliez pas, c'est ce soir. Le Noir Roman de Jean-Pierre Martinet, le documentaire de Niels Warolin sur une idée d'Alain Amirault, sera projeté pour la première fois... Avec Denis Lavant, Alfred Eibel, Julia Curiel, Raphaël Sorin, Eric Dussert, etc. La séance aura lieu à La Générale à 20 h 15. Entrée libre dans la limite des places disponibles.... Lire Première du Noir Roman de Jean-Pierre Martinet : c'est ce soir !

... / ... Lire la suite

Première du Noir Roman de Jean-Pierre Martinet : c'est ce soir !"

N'oubliez pas, c'est ce soir. Le Noir Roman de Jean-Pierre Martinet, le documentaire de Niels Warolin sur une idée d'Alain Amirault, sera projeté pour la première fois... Avec Denis Lavant, Alfred Eibel, Julia Curiel, Raphaël Sorin, Eric Dussert, etc. La séance aura lieu à La Générale à 20 h 15. Entrée libre dans la limite des places disponibles.... Lire Première du Noir Roman de Jean-Pierre Martinet : c'est ce soir !

Fermer

(26/06/2017 @ 06:00)
« L'humanité » – Phnom Penh, par Christophe Macquet"

(« L'humanité » – Phnom Penh, juin 2016) Il fait une chaleur à crever. Une palme. Mot trop chargé. Comme le mot yourte, par exemple. Ou comme le mot Patagonie. Il ne faut pas rêver. Il ne faut pas faire rêver. C'est plus rigide qu'il n'y paraît. Une palme. C'est comme une biche. J'ai essayé. Ou une vigogne. J'ai essayé. Ou un chamelon... Lire « L'humanité » – Phnom Penh, par Christophe Macquet

... / ... Lire la suite

« L'humanité » – Phnom Penh, par Christophe Macquet"

(« L'humanité » – Phnom Penh, juin 2016) Il fait une chaleur à crever. Une palme. Mot trop chargé. Comme le mot yourte, par exemple. Ou comme le mot Patagonie. Il ne faut pas rêver. Il ne faut pas faire rêver. C'est plus rigide qu'il n'y paraît. Une palme. C'est comme une biche. J'ai essayé. Ou une vigogne. J'ai essayé. Ou un chamelon... Lire « L'humanité » – Phnom Penh, par Christophe Macquet

Fermer

(25/06/2017 @ 20:10)
Un Gaulois sinon rien"

Faire du neuf avec du vieux, c'est le coup brillant que viennent de réussir les Belles-Lettres avec la reprise du "Retour en Gaule" de Rutilius Namatianus, qui relate très poétiquement son trajet pour rejoindre sa terre natale, probablement du côté de Narbonne. Rome est alors accueillante aux citoyens qui l'apprécient, la servent et l'honorent,... Lire Un Gaulois sinon rien

... / ... Lire la suite

Un Gaulois sinon rien"

Faire du neuf avec du vieux, c'est le coup brillant que viennent de réussir les Belles-Lettres avec la reprise du "Retour en Gaule" de Rutilius Namatianus, qui relate très poétiquement son trajet pour rejoindre sa terre natale, probablement du côté de Narbonne. Rome est alors accueillante aux citoyens qui l'apprécient, la servent et l'honorent,... Lire Un Gaulois sinon rien

Fermer

(23/06/2017 @ 00:38)
Les couvertures du siècle dernier (LXXIII)"

Jean-Baptiste Buisson & Maurice Frot Le Dernier Mandrin. - Paris, Grasset, 1977, 387 pages.... Lire Les couvertures du siècle dernier (LXXIII)

(22/06/2017 @ 06:21)
High Level"

Les amateurs d'effroi vont se lécher les babines, ou se ronger les ongles... Dans un grand mouvement, paraissent à la fois le premier volume de « Bibliothèque Maurice Level » voulu par Jean-Luc Buard et un volume de la collection "Terreurs anciennes" des éditions La Clef d'argent établi par Philippe Gontier et enrichi d'une bibliographie par le... Lire High Level

... / ... Lire la suite

High Level"

Les amateurs d'effroi vont se lécher les babines, ou se ronger les ongles... Dans un grand mouvement, paraissent à la fois le premier volume de « Bibliothèque Maurice Level » voulu par Jean-Luc Buard et un volume de la collection "Terreurs anciennes" des éditions La Clef d'argent établi par Philippe Gontier et enrichi d'une bibliographie par le... Lire High Level

Fermer

(21/06/2017 @ 06:45)
Il n'en ratait pas une"

Sur une carte de visite en vente sur Ebay, on trouve cet étrange message de Marc Stéphane Marc Stéphane (Paul Saintly) Il y explique qu'il est obligé « de (s)e cacher sous un pseudonyme, contre les indiscrétions de la Rousse qui me cherche assurément pour certaine histoire que j’eus avec un galonné de l’octroi voici un mois… » Les archives... Lire Il n'en ratait pas une

... / ... Lire la suite

Il n'en ratait pas une"

Sur une carte de visite en vente sur Ebay, on trouve cet étrange message de Marc Stéphane Marc Stéphane (Paul Saintly) Il y explique qu'il est obligé « de (s)e cacher sous un pseudonyme, contre les indiscrétions de la Rousse qui me cherche assurément pour certaine histoire que j’eus avec un galonné de l’octroi voici un mois… » Les archives... Lire Il n'en ratait pas une

Fermer

(20/06/2017 @ 01:22)
Le Grand jeu de l'Alamblog"

De quel roman est issue cette entame ? Dans sa banlieue où les rues sont toujours perpendiculaires, Michel promène des lambeaux de rêve. Ile st qui. Il a vingt-et-un ans. Il veut vivre. En adulte. Il va vire. la vallée de l'Orge. Il sort du passage souterrain. Il monte l'avenue de la Gare. Le Plateau, les lotissements. Au-delà, la vallée de... Lire Le Grand jeu de l'Alamblog

... / ... Lire la suite

Le Grand jeu de l'Alamblog"

De quel roman est issue cette entame ? Dans sa banlieue où les rues sont toujours perpendiculaires, Michel promène des lambeaux de rêve. Ile st qui. Il a vingt-et-un ans. Il veut vivre. En adulte. Il va vire. la vallée de l'Orge. Il sort du passage souterrain. Il monte l'avenue de la Gare. Le Plateau, les lotissements. Au-delà, la vallée de... Lire Le Grand jeu de l'Alamblog

Fermer

(19/06/2017 @ 00:16)
Les royaumes imaginaires par Claude Marsey (1921)"

L'aventure de Gabriele d'Annunzio, à Fiume, aurait pu finir de plus déplaisante façon. Quand les poètes se jettent dans l'action, ils deviennent parfois dangereux et celui-là était de taille à soulever le monde, du moins en paroles. Mais le temps, la lassitude, l'oubli ont eu raison du poétissime. De son épopée tragi-comique il ne restera... Lire Les royaumes imaginaires par Claude Marsey (1921)

... / ... Lire la suite

Les royaumes imaginaires par Claude Marsey (1921)"

L'aventure de Gabriele d'Annunzio, à Fiume, aurait pu finir de plus déplaisante façon. Quand les poètes se jettent dans l'action, ils deviennent parfois dangereux et celui-là était de taille à soulever le monde, du moins en paroles. Mais le temps, la lassitude, l'oubli ont eu raison du poétissime. De son épopée tragi-comique il ne restera... Lire Les royaumes imaginaires par Claude Marsey (1921)

Fermer

(18/06/2017 @ 06:51)
Il faut sauver le soldat Europe"

AAeuirpe10581060.jpg


Les tatcheriens français n'ayant toujours pas compris les erreurs britanniques d'il y a trente ans, s'obstinent à pratiquer une politique de la frustration et de l'impécuniosité plutôt que de favoriser la floraison et même l'efflorescence.
C'est ainsi que la tristement célèbre Valérie Pécresse, princesse sans grâce, vient de sanctionner de manière arbitraire la revue Europe, qu'elle n'a probablement jamais lue.
Les politiques savent tout, c'est bien connu, ils n'ont pas besoin de lire.
Le refus de la culture et de la prolifération ne les empêche cependant pas de commettre des balourdises dont ils sont les seuls responsables. Témoin la présidente de la région parisienne, qui, comme il y a peu Laurent Wauquiez, le sympathique roi de la curée, de l'Allali et autres phénomènes de la civilisation par le vide, a décidé de couper les subventions de la revue Europe. Wauquiez s'était payé, lui, les associations de défenses des oiseaux.

Naturellement, il n'est pas question de laisser mourir la revue Europe qui nous fournit depuis des lustres sous la conduite de Jean-Baptiste Para du matériau de premier choix pour enrichir la réflexion commune.
Pas commune aux politiques, qui n'ont pas le temps de lire. Commune à ceux qui prennent le temps de réfléchir.

Puisque le citoyen est responsable lui aussi lorsqu'il s'engage, il convient d'utiliser l'action directe. C'est la seule méthode qui peut s'opposer à la censure d'une chambre politique. La méthode est simple et sans danger, vous allez voir : choisissez l'une de vos mains, mettez la dans votre poche, sortez votre porte-monnaie. C'est fait. Si aucun hérisson ne s'y terre, il est possible de s'abonner à la revue Europe.

Et on ne pouvait trouver meilleur argument publicitaire que le nouveau numéro lui-même qui comporte deux dossiers, l'un consacré à Günther Anders, le philosophe de L'Homme dont le traducteur Christophe David est l'un des plus efficaces propagateurs en France, l'autre consacré à Olivier Rolin dont plusieurs écrivains et penseurs de renom viennent tresser les louanges.

Ce numéro d'Europe, 95e année, est le n° 1058-1059-1060 de juin-juillet-août 2017.

Abonnez-vous, vous en serez satisfait : chaque mois des tas de sujets de réflexion, et d'échanges avec vos contemporains.

De la nourriture intellectuelle, de la vraie. Et pour vous en montrer l'authenticité, ces quelques vers du Courrier des morts, ces élégies de Günther Anders traduits par Christophe David, in memoriam Walter Benjamin, ou le récit de l'ouverture des "fûts" de documents que les parents d'Anders avaient fait parvenir aux Usa avant la guerre et qui n'y avaient touché leur but qu'après la mort des expéditeurs :

L'arrivée

A peine les cavernes de son âme
s'étaient-elles vidées de la cohue criarde
des ombres sanglantes qu'une nouvelle nuée d'ombres
arrivait, croassant aussi bruyamment, à la recherche
de niches vides où s'installer, voletant avidement
autour de chaque gente de la roche
(...)
Maintenant vous êtes l), rangés avec soin
dans un ordre bien établi. Chacun à nouveau
à sa place : les ancêtres à gauche,
les enfants à droite. Chacun peut se sentir exister
une dernière fois. Profitez du temps, les morts !
(...)




Europe
4 rue Marie-Rose
75014 Paris
abonnement annuel : 75 €

Ci-dessous, les résumés et le sommaire du numéro.

OLIVIER ROLIN « On écrit parce qu’on est mal placé dans son époque. Parce qu’on s’y sent dépaysé », dit Olivier Rolin. Vagabondant parmi les paysages, les époques et les livres, cet écrivain nous embarque dans une traversée au long cours. L’Histoire est sa grande affaire, les larges espaces géographiques aussi. La littérature selon Olivier Rolin... Lire Il faut sauver le soldat Europe

... / ... Lire la suite

Il faut sauver le soldat Europe"

AAeuirpe10581060.jpg


Les tatcheriens français n'ayant toujours pas compris les erreurs britanniques d'il y a trente ans, s'obstinent à pratiquer une politique de la frustration et de l'impécuniosité plutôt que de favoriser la floraison et même l'efflorescence.
C'est ainsi que la tristement célèbre Valérie Pécresse, princesse sans grâce, vient de sanctionner de manière arbitraire la revue Europe, qu'elle n'a probablement jamais lue.
Les politiques savent tout, c'est bien connu, ils n'ont pas besoin de lire.
Le refus de la culture et de la prolifération ne les empêche cependant pas de commettre des balourdises dont ils sont les seuls responsables. Témoin la présidente de la région parisienne, qui, comme il y a peu Laurent Wauquiez, le sympathique roi de la curée, de l'Allali et autres phénomènes de la civilisation par le vide, a décidé de couper les subventions de la revue Europe. Wauquiez s'était payé, lui, les associations de défenses des oiseaux.

Naturellement, il n'est pas question de laisser mourir la revue Europe qui nous fournit depuis des lustres sous la conduite de Jean-Baptiste Para du matériau de premier choix pour enrichir la réflexion commune.
Pas commune aux politiques, qui n'ont pas le temps de lire. Commune à ceux qui prennent le temps de réfléchir.

Puisque le citoyen est responsable lui aussi lorsqu'il s'engage, il convient d'utiliser l'action directe. C'est la seule méthode qui peut s'opposer à la censure d'une chambre politique. La méthode est simple et sans danger, vous allez voir : choisissez l'une de vos mains, mettez la dans votre poche, sortez votre porte-monnaie. C'est fait. Si aucun hérisson ne s'y terre, il est possible de s'abonner à la revue Europe.

Et on ne pouvait trouver meilleur argument publicitaire que le nouveau numéro lui-même qui comporte deux dossiers, l'un consacré à Günther Anders, le philosophe de L'Homme dont le traducteur Christophe David est l'un des plus efficaces propagateurs en France, l'autre consacré à Olivier Rolin dont plusieurs écrivains et penseurs de renom viennent tresser les louanges.

Ce numéro d'Europe, 95e année, est le n° 1058-1059-1060 de juin-juillet-août 2017.

Abonnez-vous, vous en serez satisfait : chaque mois des tas de sujets de réflexion, et d'échanges avec vos contemporains.

De la nourriture intellectuelle, de la vraie. Et pour vous en montrer l'authenticité, ces quelques vers du Courrier des morts, ces élégies de Günther Anders traduits par Christophe David, in memoriam Walter Benjamin, ou le récit de l'ouverture des "fûts" de documents que les parents d'Anders avaient fait parvenir aux Usa avant la guerre et qui n'y avaient touché leur but qu'après la mort des expéditeurs :

L'arrivée

A peine les cavernes de son âme
s'étaient-elles vidées de la cohue criarde
des ombres sanglantes qu'une nouvelle nuée d'ombres
arrivait, croassant aussi bruyamment, à la recherche
de niches vides où s'installer, voletant avidement
autour de chaque gente de la roche
(...)
Maintenant vous êtes l), rangés avec soin
dans un ordre bien établi. Chacun à nouveau
à sa place : les ancêtres à gauche,
les enfants à droite. Chacun peut se sentir exister
une dernière fois. Profitez du temps, les morts !
(...)




Europe
4 rue Marie-Rose
75014 Paris
abonnement annuel : 75 €

Ci-dessous, les résumés et le sommaire du numéro.

OLIVIER ROLIN « On écrit parce qu’on est mal placé dans son époque. Parce qu’on s’y sent dépaysé », dit Olivier Rolin. Vagabondant parmi les paysages, les époques et les livres, cet écrivain nous embarque dans une traversée au long cours. L’Histoire est sa grande affaire, les larges espaces géographiques aussi. La littérature selon Olivier Rolin... Lire Il faut sauver le soldat Europe

Fermer

(17/06/2017 @ 03:41)
Le romanesque cas Bollas"

Après avoir évoqué Jean-Pierre Martinet ces deux derniers jours, on peut avancer avec certitude que les pathologies littéraires n'ont pas évolué depuis 1931. L'Homme reste l'Homme et les passages à l'acte les passages à l'acte. Rien du reste n'indique que les pulsions seraient maîtrisées. Les désirs non plus, les dieux en soient remerciés...... Lire Le romanesque cas Bollas

... / ... Lire la suite

Le romanesque cas Bollas"

Après avoir évoqué Jean-Pierre Martinet ces deux derniers jours, on peut avancer avec certitude que les pathologies littéraires n'ont pas évolué depuis 1931. L'Homme reste l'Homme et les passages à l'acte les passages à l'acte. Rien du reste n'indique que les pulsions seraient maîtrisées. Les désirs non plus, les dieux en soient remerciés...... Lire Le romanesque cas Bollas

Fermer

(16/06/2017 @ 01:19)

Dernière mise à jour : 25/06/2017 @ 02:55

Rubriques

Déplier Fermer Tératologie livresque

Déplier Fermer Typo rurale

Déplier Fermer Typo des rues

Déplier Fermer Typo des bois

Déplier Fermer Proverbes

Déplier Fermer Pratique éditoriale

Déplier Fermer Pratique typographique

Déplier Fermer Post-concours

Déplier Fermer Nouvelles internes

Déplier Fermer Nouvelles externes

Déplier Fermer Mes maîtres

Déplier Fermer Lieux de convivialité

Déplier Fermer La photo du jour...

Déplier Fermer Contes et nouvelles

Déplier Fermer Concours

Déplier Fermer Bibliophilie

Déplier Fermer Art

Déplier Fermer Amis

Déplier Fermer Alphabet

Derniers billets
06/05/2017 @ 11:51
Un peu de tout ...
22/04/2017 @ 17:46
Cercueil ...
07/04/2017 @ 20:22
Rébus ...
03/04/2017 @ 10:40
Il était une fois... ...
Derniers commentaires
Archives
05-2017 Juin 2017 07-2017
L M M J V S D
      01 02 03 04
05 06 07 08 09 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30    
Billets des amis


Fornax éditeur – 18, route de Coizard, 51230 Bannes ––  37 bis, rue de Montreuil 75011 Paris – France